Vous êtes ici

L'âge minimum pour la conduite accompagnée passe à 15 ans

A partir du 1er novembre 2014 il sera désormais possible de commencer la conduite accompagnée (A.A.C) à partir de 15 ans au lieu de 16 ans auparavant !

Récapitulatif des modifications apportées à la réforme concernant la conduite accompagnée (AAC)

  • accessible dès 15 ans,
  • passage de l'examen pratique (examen final) dès 17 ans et demi (le jeune conducteur devra cependant attendre ses 18 ans pour conduire seul !),
  • mise en place d'un dispositif d'accompagnateurs bénévoles*.

*dispositifs permettant aux élèves dont les parents ne peuvent assurer l'accompagnement à la conduite de bénéficier de celui de bénévoles.

Réforme de la conduite accompagnée (AAC) : délais d'attentes à l'examen réduits

Les élèves optant pour une formation en conduite accompagnée ont plus de chance d'obtenir l'examen du permis de conduire du premier coup (73,9% de réussite en conduite accompagnée contre 55,2% en formation traditionnelle). En rendant accessible la conduite accompagnée dès 15 ans, le ministère de l'intérieur considère que les délais d'attentes pour obtenir une place d'examen pratique seront réduits.

En choisissant la conduite accompagnée vous augmentez vos chances d'obtenir le permis du premier coup et ainsi ne pas attendre plusieurs semaines (en moyenne 98 jours) avant d'obtenir une nouvelle date d'examen. Si plus d'élèves passent le permis en conduite accompagnée, le taux de réussite moyen augmentera ce qui libérera plus de places aux examens et diminuera ainsi l'attente de chaque candidat pour obtenir une date d'examen.

Réformer la formation au permis de conduire en conduite accompagnée : réduire le coût du permis

L'augmentation du taux de réussite national à l'examen pratique permettra également de réduire le prix total d'une formation au permis de conduire. En effet, ça n'est généralement pas le forfait initial qui coûte le plus cher pour un élève mais bien les prestations supplémentaires tel que les heures supplémentaires ou les représentations aux examens après un échec.  En réduisant les délais d'attentes des places d'examen les élèves ne seront pas contraint de reprendre des heures pour maintenir leur niveau de conduite entre leur 1ère et 2ème présentation à l'examen. Par conséquent, en maximisant les chances de réussite des candidats au permis de conduire, le coût du permis en sera d'autant réduit.