Vous êtes ici

Nouveau décret réformant le code de la route : priorité aux piétons et aux cyclistes, plus de rigueur pour les cyclomoteurs | Sécurité routière

Les droits du piéton renforcés

Parmi les nouveautés prévues par le décret sur le code de la route publié le 18 novembre, la plupart ont un effet immédiat. On retient notamment un renforcement des prérogatives du piéton, duquel la priorité par rapport à l’automobiliste est désormais officiellement  explicitée. Ainsi, le piéton est prioritaire à l’automobiliste pour traverser la chaussée, même en dehors d’un passage clouté, à la condition qu’il n’en existe pas à moins de cinquante mètres. Le conducteur qui ne s’arrêtera pas systématiquement pour laisser passer un piéton écopera désormais d’une amende de 135 euros, ainsi que la possibilité de se voir retirer 4 points de son permis de conduire !

Légalisation du passage au feu rouge pour les cyclistes dans certaines circonstances

Les cyclistes peuvent aussi se réjouir des modifications apportées par le nouveau décret. Ces derniers peuvent désormais dans certaines circonstances, passer au feu rouge lorsqu’ils tournent à droite, pratique déjà très courante dans les faits. Il incombera au maire de chaque commune de placer des panneaux signalétiques aux carrefours jugés appropriés, pour indiquer ou non le droit de passage des cyclistes lorsque le feu est rouge, ou non.

Une formation obligatoire pour les conducteurs de cyclomoteurs

Une autre catégorie visée par le décret est celle des personnes titulaires du permis B qui veulent conduire un cyclomoteur de plus de 50m3. A compter du 1er janvier 2011, elles devront suivre une formation obligatoire de sept heures, sauf dans le cas où elles avaient déjà bénéficié d’une formation de trois heures au préalable.

Le « débridage » sévèrement sanctionné

Enfin, les personnes utilisant ou proposant des dispositifs visant à permettre aux cyclomoteurs de dépasser la vitesse fixée à 45 km/h sont directement épinglées par ce décret et se verront systématiquement assigner une amende de 135 euros lorsqu’ils seront interceptés par des agents de la police ou de la gendarmerie.