Vous êtes ici

L’association des consommateurs CLCV dénonce le manque de transparence des auto-écoles | Permis de conduire

On le savait : le permis de conduire est cher. Ce que révèle une enquête de Consommation, logement et cadre de vie (association CLCV), c’est que ce prix est très différent en fonction d’où on suit une formation en auto-école. L’enquête, publiée le 22 août 2013, qui repose sur une étude de 447 auto-écoles à travers la France, dénonce un grand manque de transparence de la part des auto-écoles vis-à-vis des élèves.

Le constat de l’enquête de CLCV sur le permis de conduire

L’association CLCV révèle plusieurs informations utiles :

  • les prix pratiqués par les auto-écoles sont très différents selon que l’élève se trouve à Lille (780 € le forfait 20h traditionnel en moyenne) ou à Paris (1425 € le forfait 20h traditionnel en moyen) ;
  • ces tarifs sont souvent mal compris par les élèves, notamment parce qu’ils sont rarement affichés en vitrine, alors qu’ils devraient l’être ;
  • le forfait traditionnel 20h de conduite, un minimum légal pour se présenter à l’examen pratique du permis de conduire, suffit rarement à bien préparer les élèves, qui ont besoin d’une formation de 31h en moyenne ;
  • le choix entre les auto-écoles est difficile pour un élève qui ne connaît pas le taux de réussite des auto-écoles, puisque très peu les affichent, alors qu’ils diffèrent beaucoup entre auto-écoles ;
  • comme pour le prix du forfait de la formation au permis de conduite, les taux de réussite des auto-écoles varient beaucoup entre différentes régions, départements et ville ;
  • les élèves sont rarement informés pleinement des délais qu’ils auront à subir avant de pouvoir passer leur permis de conduire, ou avant de pouvoir le repasser s’ils ont échoué.

Les recommandations de l’enquête de l’association CLCV sur les auto-écoles

L’association CLCV fait plusieurs recommandations intéressantes qui découlent de ses constats :

  • les auto-écoles devraient afficher leurs prix de manière standardisée pour une meilleure comparaison par l’élève et un choix informé ;
  • le taux de réussite devrait faire partie des informations affichées par l’auto-école dans la mesure où c’est un critère très important pour choisir son auto-école ;
  • les moniteurs et gérants d’auto-écoles devraient faire l’objet d’un suivi en ce qui concerne l’évaluation initiale des besoins en formation (pour éviter un forfait avec trop peu d’heures pour des élèves sans expérience) ;
  • une plus grande homogénéité dans les diplômes délivrés au niveau national, qui sont trop différents d’une région et d’un département à l’autre.

La réponse du gouvernement à l’enquête de l’association CLCV

Le Ministre de la Consommation, Benoît Hammon a immédiatement réagi en annonçant que le gouvernement mènerait sa propre enquête pour réprimer les fraudes vérifiées et pour prévenir les fraudes potentielles en auto-école. Benoît Hammon a également relevé l’importance de la bonne information des consommateurs, et donc en ce cas des élèves, sur le prix et la qualité des produits achetés (donc pour la formation au permis de conduire en auto-école).

La réaction de Quelpermis.com à l’enquête de l’association CLCV

C’est vrai : trouver la bonne auto-école est souvent difficile. Mais c’est justement pour ça que Quelpermis existe.

En fait, même si une plus grande transparence de la part des auto-écoles serait très utile, Quelpermis analyse les prestations des auto-écoles à travers la France en fonction des quartiers où elles se trouvent. Quelpermis fait également un effort constant pour actualiser sa base de données des auto-écoles, qui permet d’afficher et de comparer les prestations des auto-écoles par prix, formations ou taux de réussite.

Donc en attendant une meilleure transparence, servez-vous de Quelpermis ! Vous pouvez par ailleurs consulter l'enquête complète ici.