Vous êtes ici

La montée des PV électroniques | Permis à points et sanctions

Qu’est-ce que le PV électronique ?

Aujourd’hui, pour verbaliser les automobilistes en infraction, les autorités ont la possibilité de verbaliser électroniquement via un PDA ( Personal Digital Assistant ), qui est tout simplement une sorte d’ordinateur de poche.

Comment fonctionne le PV électronique ?

Lorsque l’infraction est constatée, au lieu de faire une contravention papier, l’agent de police sort son PDA et verbalise l’automobiliste en infraction. L’agent n’a plus qu’à rentrer au poste de police où il branchera son appareil afin que les données soient transférées numériquement au Centre National de Traitement à Rennes. L’automobiliste en infraction reçoit le PV électronique sous format papier dans les 3 à 4 jours qui suivent l’infraction.

Le PV électronique : quels types d’infraction ?

Le PV électronique peut être utilisé pour toutes les infractions des 4 premières classes, c’est-à-dire la plupart des infractions au code de la route (les excès de vitesse, la ceinture non attachée, le stop et le feu rouge grillés, le téléphone au volant et le stationnement irrégulier).

Pour les infractions de 5ème classe (l’alcoolémie contraventionnelle et pour les personnes souhaitant régler la contravention sur place) le PV électronique ne pouvant être utilisé pour verbaliser, il conviendra de revenir aux PV format papier.

Le PV électronique : ses avantages et ses inconvénients

Le PV électronique facilite le travail des agents de police car il y a moins de papier (impact environnemental également) et ils passent moins de temps à verbaliser les infractions.

Le PV électronique permet également aux agents de police de verbaliser de plus en plus d’automobiliste en infraction et cela de plus en plus rapidement. Il ne faut surtout pas que les autorités dérivent et entrent dans une politique de chiffre.