Vous êtes ici

Handicap et examen pratique | Permis B

L’examen du permis de conduire s’adapte-t-il au handicap ?

Les élèves souffrant d’un handicap non incompatible avec la conduite d’un véhicule doivent pouvoir passer leur permis de conduire comme tous les autres élèves. Comment l’examen du permis de conduire s’adapte-t-il au handicap ?

Permis de conduire et candidats sourds et malentendants

Le permis de conduire est accessible aux sourds et aux malentendants. Des sessions spéciales de l’examen pratique du permis de conduire sont organisées, les candidats bénéficiant du dispositif de communication qui leur semblera le plus adapté.

Permis de conduire et candidats à mobilité réduite

Durant l’examen pratique du permis de conduire, les candidats à mobilité réduite peuvent bénéficier de l’assistance de leur accompagnateur, qui s’avère nécessaire lorsqu’il s’agit de répondre aux questions de vérification technique de l’état du véhicule par exemple.

Le permis de conduire peut aussi se passer sur des véhicules spécialement aménagés pour des handicapés. Toutefois, les conditions pour permettre le passage du permis sur ces véhicules sont très restrictives :

  • le véhicule aménagé pour handicapé doit avoir été mis en circulation il y a moins de dix ans. Une dérogation peut toutefois être accordée exceptionnellement par le ministère en charge de l’organisation des examens,
  • le véhicule doit être équipé d’une double commande de freinages, de rétroviseurs supplémentaires intérieurs et extérieurs pour le passager, d’une double commandes de direction (s’il n’y a pas de volant conducteur).

Permis de conduire et temps supplémentaire pour les handicapés

Certains types de handicap peuvent requérir un temps supplémentaires pour l’examen du code de la route et l’examen pratique du permis de conduire. C’est par exemple le cas pour les candidats au permis de conduire sourds et malentendants, et pour les candidats à mobilité réduite où dont la communication interpersonnelle est rendue difficile par le handicap. En ce cas, il vous faudra vous adresser à l’avance à la préfecture de votre département pour demander ce temps supplémentaire.

Les conditions pratiques pour les candidats handicapés, sourds ou malentendants sont définies à l'article 3 de l'arrêté du 19 février 2010.