Vous êtes ici

Interdiction des avertisseurs radars | Loi

Suite à l'annonce faîte par le gouvernement qui va interdire l'utilisation de tous les avertisseurs de radars qu'il s'agissent d'appareils dédiés ou de simples logiciels pour les smartphones équipés de puce GPS (Windows Mobile, Android, iPhone, Symbian, Blacberry, ...), les 3 principaux acteurs du marché font front.

Qu’est-ce qu’un avertisseur de radar ?

Un avertisseur de radar routier est un système qui avertit l’automobiliste qu’il approche d’une zone où se situe un radar fixe automatisé.

Leur fonctionnement est simple : il suffit de télécharger sur Internet ou sur CD-Rom la liste publique des radars et des lieux de contrôle établi par les autorités de police avec leurs coordonnées GPS et de la charger dans l'appareil.

À chaque déplacement, celui-ci compare en permanence le positionnement du véhicule grâce au GPS avec les zones à risques comportant un radar fixe ou d'une zone de contrôle par radar mobile.

Un avertissement sonore ou lumineux est émis à l'approche d'un radar.

Pourquoi interdire l’utilisation des avertisseurs de radar ?

  • les mauvais chiffres enregistrés par la sécurité routière durant les premiers mois de 2011 : 1 267 personnes ont trouvé la mort sur les routes françaises au cours des quatre premiers mois de 2011, soit près de 13% de plus que sur la même période l'an passé,
  • pour n’avoir aucune indication sur la présence de radars,
  • pour que les conducteurs soient forcés de réduire leur vitesse.

Malgré l’interdiction, un regain d’intérêt pour les avertisseurs de radar ?

En indiquant les radars fixes sur les routes grâce à des panneaux, les automobilistes pouvaient facilement éviter les flashes.

Un avertisseur radar n'était donc pas indispensable pour conserver les points de son permis.

Mais avec la nouvelle mesure de retrait des panneaux de prévention de radar, il y a un certain regain d’intérêt pour les avertisseurs de radar.

Sanction en cas de détention d’un avertisseur de radar

L'article R413-15 du code de la route prévoit 1500 euros d'amende, une suspension du permis pouvant aller jusqu'à trois ans, le retrait de six points sur le permis, la saisie du matériel, voire du véhicule, en cas de possession d'un détecteur de radar (infraction de 5e classe). Est également interdit la vente, la détention, l'utilisation, l'adaptation ou le transport de tout appareil permettant notamment la détection des radars destinés au contrôle de vitesse.

Il convient donc d'être vigilant et, avant d'acheter un avertisseur de radar en France, de vérifier que celui-ci ne possède pas de fonctionnalités illégales.